Burkina-Déstabilisation: le CDP rejette les accusations du régime MPP

Share Button

Le Congrès  pour la démocratie et le progrès (ex parti au pouvoir) a rejeté mercredi avec force, les accusations ‘’voilées’’ de déstabilisation du Burkina Faso par des attaques terroristes, soulevées selon lui, par le pouvoir en place.

”Ceux qui nous gouvernent aujourd’hui sont eux-mêmes la preuve de leur incapacité à diriger ce pays, au point qu’ils voient partout, à la moindre manifestation et à la même occasion, le spectre de la déstabilisation, allant jusqu’à faire des accusations tous azimuts, gratuites et non fondées sur notre parti, le CDP, et ses militants, comme étant une main secrète et discrète derrière les attaques terroristes”, affirmé Achille Tapsoba.

En rappel, le Premier ministre burkinabè Paul Kaba Thiéba  a indiqué le 17 septembre devant le Parlement, qu’au vu de la multiplication des attaques terroristes, il faut avoir ”la lucidité  de reconnaitre que le Burkina Faso est victime d’une tentative de déstabilisation”.

Avant lui, le 8 septembre, le président du Faso Roch Kaboré a assuré  que ”des dispositions urgentes” seront prises, pour contrer les nombreuses attaques terroristes qui d’après lui, dénotent  ”d’une vaste déstabilisation du Burkina Faso”.

”Nous avons encore l’obligation, une fois de plus, de réaffirmer que le CDP n’est lié  ni de près ni de loin, ni d’aucune manière avec aucun groupe terroriste. Que ceux qui expriment cette accusation aient l’honnêteté et le courage de traiter cela de façon professionnelle. Mais les médisances à des fins politiciennes, les calculs politiciens liés aux techniques de délations  pré-électorales ne passeront pas”, a  ajouté Achille Tapsoba.

Selon le premier vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), malgré les multiples relances, le gouvernement ”n’a jamais associé”, son parti dans la lutte contre le terrorisme.

Il a assuré que la marche de l’opposition le 29 septembre vise à mettre la pression sur le gouvernement, afin qu’il prenne des mesures idoines.

Achille Tapsoba a aussi invité les Burkinabè à l’unité nationale et à soutenir les Forces armées nationales dans leurs missions de défense et de sécurisation du pays.

Notons que selon le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, les attaques terroristes ont coûté la vie à 118 personnes entre 2015 et le 15 septembre 2018.

AIB

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.