Burkina: les Syndicats maintiennent leur mot d’ordre de grève du 16 Septembre 2019

 L’unité d’action syndicale (UAS), les syndicats non membres de l’UAS et les organisations de la société civile maintienne la gréve du 16 Septembre 2019  en dépit de l’information selon laquelle  le gouvernement n’a pas accordé l’autorisation de manifester.

Pour eux, la grève est légale et son organisation est conforme à l’esprit et la matière des normes régissant les grèves et les manifestations publiques au Burkina Faso.

Ces marches suivies de meeting se tiendront sur toute l’étendue du territoire national. L’objectif de cette protestation, selon les organisateurs est d’interpeller et de dénoncer entre autres : le développement de l’insécurité due aux attaques terroristes ; les difficiles conditions de vie et de travail des FDS , la volonté du pouvoir de museler les libertés syndicales et démocratiques, la présence des forces militaires étrangères , la prédation des ressources nationales par la classe dirigeante, les déplacés internes et le non-respect par le pouvoir des engagements pris vis-à-vis des partenaires et des masses populaires.

En rappel dans une correspondance adressée à l’UAS , le secrétariat général du gouvernement et du Conseil des ministres formule : « J’ai le regret de ne pas vous délivrer ledit document qui constitue une pièce maîtresse de la légalité de votre action au regard de… la loi relative au droit de grève au Burkina qui prescrit 15 jours francs avant toute action »

Ajouter un commentaire