Afrique Monde

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara et Guillaume Soro se sont rencontrés

Share Button

Alassane Ouattara et Guillaume Soro se sont à nouveau parlés. C’est l’information que donne l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique sur son site internet dans sa parution du 11 Décembre 2017 .

Cette rencontre se serait déroulée il y a près d’une semaine, le 6 décembre à 18h45 et sans intermédiaires. Seul un cercle très fermé de proches en était informé.

‘’Soro avait d’ailleurs été informé de sa nomination au poste de vice-président du RDR, le 20 novembre, par le frère du chef de l’État, Birahima Téné Ouattara’’ selon JA

Sur le lieu de la rencontre, rien ne fuse. Encore moins sur la teneur de la conversation entre ces deux personnalités. Tout de même, cet entretien, est qualifié de « détendu et cordial ».

Notons que le chef de l’Etat a toujours dit ne pas avoir de problèmes avec son ‘’jeune frère’’ Guillaume Soro. Mais des faits ont semé le doute dans les esprits. En effet, l’absence très remarquée du président de l’assemblée nationale, lors du congrès du RDR en septembre, avait mis de l’eau au moulin de ceux qui affirmaient qu’il y avait un véritable schisme entre les deux hommes. Même la nomination de Soro au poste de vice-président du parti, chargé de la région du Tchologo n’y avait rien changé.

Selon Jeune Afrique, c’est une promesse faite par le président de la république de rencontrer Guillaume Soro qui se concrétise. Parce que, poursuit le journal, « à l’issue de leur précédent tête-à-tête, le 3 novembre, ADO, qui se rendait aux États-Unis, avait promis au président de l’Assemblée nationale de le revoir à son retour. Son agenda, très chargé, ne lui avait pas permis d’organiser cet entretien plus tôt ». C’est maintenant chose faite.

Cette rencontre si elle est avérée, vient tourner une page sombre des relations entre les deux hommes accentuée par l’arrestation de Souleymane kamagaté alias ‘’Soul to Soul’’, le directeur de protocole du patron de l’hémicycle le 9 Octobre.

Ajouter un commentaire
OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.