Discours sur la Situation de la Nation: LE SECTEUR DE L’AGRICULTURE ET DE L’ELEVAGE

“C’est l’ensemble de ces efforts en matière de création de conditions favorables à l’activité économique qui a permis d’enregistrer des acquis importants au niveau de tous les secteurs de production.

En matière de production agro-sylvo-pastorale, les efforts du gouvernement ont porté sur le développement des aménagements hydroagricoles et la promotion d’une agriculture plus résiliente aux aléas climatiques pour accroître la production agricole.


Dans cette optique, nous avons aménagé plus de 19 000 ha de bas-fonds, de périmètres irrigués et de périmètres maraichers sur 35 000 attendus et réhabilités environ 6 200 ha de bas-fonds et périmètres.
Nous poursuivons également notre politique d’accompagnement des producteurs en pourvoyant à prix subventionnés, leurs exploitations avec des semences améliorées, des engrais et autres intrants, des équipements de traction animale et des animaux de traits.
La production animale et sa valorisation ont tout autant besoin d’un accompagnement du Gouvernement.

Nous avons achevé la réalisation de l’abattoir moderne de Pouytenga et construit celui de Kaya à hauteur de 90% et avons à ce jour lancé le projet de développement du Bassin laitier de Ouagadougou. Le gouvernement a également amélioré la santé animale en renforçant les interventions de prévention et de riposte contre les maladies animales prioritaires.


A propos de la production halieutique, je suis heureux de vous informer que l’objectif de produire chaque année au moins 25 000 tonnes de poisson est déjà atteint. Et cela a été possible grâce à la mise à disposition d’alevins et d’aliments pour poisson à prix subventionné, à la construction d’étangs et à l’empoissonnement de plans d’eau.


L’accompagnement du gouvernement se mesure surtout au degré de mécanisation des productions agricoles. Nous nous sommes engagés à mettre en place la Centrale d’achat des intrants et du matériel agricole. Nous devons en plus réussir la mise en œuvre du projet de construction de l’Unité de montage des tracteurs et motoculteurs.


De même, nous devons réaliser les projets structurants du développement des productions animales et halieutiques ci-après :
1) la Centrale d’achat de médicaments vétérinaires ;
2) la mise en place du Bassin laitier de Bobo-Dioulasso ;
3) l’Unité de production de vaccins pour animaux ;
4) la réhabilitation des abattoirs modernes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso ;
5) la construction des abattoirs modernes de Fada N’Gourma, Banfora et Ouahigouya.”

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.