Kongoussi: nouvelle manifestation contre Daouda N. Zoromé, le maire réélu

Share Button

Plusieurs personnes ont, de nouveau manifesté, vendredi matin à Kongoussi (centre-nord), pour exiger un audit du dernier lotissement organisé en 2012 par le maire réélu de la commune Daouda N. Zoromé, a constaté sur place un journaliste de l’AIB.
Les protestataires, estimés à une centaine de personnes, ont scandé sur un tronçon de près de 2 Km, des slogans hostiles à Daouda N. Zoromé, réélu sous la bannière du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, opposition).





Les frondeurs ont répondu à un appel du «Mouvement justice pour tous», qui avait auparavant appelé les populations à travers un communiqué radiodiffusé sur les antennes des radios locales, à battre le pavé pour «exiger la lumière sur le lotissement».Partis du rond-point central de la ville (sur la route nationale N°22), en passant devant le siège de la police municipale, les manifestants ont rallié le haut-commissariat où ils ont livré leur message au premier responsable de la province, Mme Claudine Dangouri/ Ilboudo.

En poste depuis les années 2000, M. Zoromé est l’un des rares maires de l’ex parti au pouvoir qui n’a pas changé de camp, après la dissolution des conseils municipaux en novembre 2014 par le gouvernement de transition.

Réélu à la faveur des municipales du 22 mai dernier, une partie de la population réclame un audit de sa gestion antérieure de la commune avant l’entame de son nouveau mandat.
«Le Mouvement justice pour tous» avait déjà organisé une marche le 24 juin dernier au cours de laquelle les responsables menaçaient d’empêcher par tous les moyens la passation de service à la mairie initialement prévue le 28 juin 2016.

Une source administrative a confié à l’AIB que suite à la persistance de la menace, les autorités locales ont anticipé la passation de service au 27 juin.

Les manifestants ont exprimé leur mécontentement à l’égard de l’administration qu’ils accusent d’avoir opéré la passation de service à huis-clos et dans la clandestinité.

Certains exigeaient séance tenante les clés de la mairie. Mais suite à des négociations, ils sont parvenus à un accord. Néanmoins, un délai de 3 jours a été intimé à l’administration de se prononcer clairement sur la situation, notamment l’audit des lotissements.

Selon le président du mouvement, Lazare Sawadogo, «l’entrée en fonction de Daouda Zoromé comme maire nouvellement élu devrait être conditionnée par un audit clairement établi sur sa gestion antérieure du foncier urbain».

«Nous ne faisons pas de la politique. Nous revendiquons nos parcelles. Si aujourd’hui le maire arrive à nous restituer nos parcelles, nous lui souhaiterons bon vent à la mairie. C’est pourquoi nous demandons au ministre de tutelle de prendre ses responsabilités parce que le cas de Kongoussi est un gros problème», s’est-il expliqué.

Le secrétaire général de la section provincial du CDP du Bam, Inoussa Sawadogo dit Jasco joint au téléphone par l’AIB, a indiqué que «ces multiples sorties «du soit disant Mouvement est une instrumentalisation politique des perdants aux municipales».

«Ce sont des attitudes pour tenir l’image de Daouda Zoromé qui a brillamment remporté les élections. Sinon par rapport à l’audit, rien ne justifie ces multiples sorties dans la mesure où le gouvernement a été saisi depuis longtemps», a-t-il indiqué.

Agence d’information du Burkina

Ajouter un commentaire

REDACTION

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.