Tuerie de Yirgou: la liste, village par village, des victimes

Share Button

Le 1er janvier 2019, le Burkina se réveillait dans l’horreur sous la forme de l’assassinat du chef de village de Yirgou (province du Sanmentenga, région du Centre Nord du Burkina Faso) et de six autres personnes, par des individus armés non identifiés, suivi d’autres tueries massives.

Avec votre permission, je demande que nous observions une minute de silence en la mémoire du chef et de tous les frères victime de la barbarie des hommes à Yirgou.

Je vous remercie

Sur la base de simples suspicions et de fausses accusations, les groupes d’auto-défense Koglweogos avec certains villageois de la zone ont attaqué une vingtaine de villages et ont perpétré des massacres sur les membres de la communauté peule pendant trois jours (le 1er, le 02 et le 03 janvier 2019). Les biens des victimes ont été détruits et incendiés. Une vingtaine de villages (Cf. liste) ont été touchés par cette violence inouïe où seuls les hommes de la communauté étaient ciblés.  L’ampleur des violences a suscité une indignation générale de l’ensemble des Burkinabè, qui ont par ailleurs exprimé toute leur déception face à la réaction tardive de l’Etat.

Selon de nombreuses sources concordantes, l’extermination de la communauté peule a été planifiée, ourdie et orchestrée par ces groupuscules sans foi ni loi de Yirgou. En effet, du 23 décembre 2018 au 29 Décembre 2018, ces Kogleweogos ont fouillé de fond en comble les maisons des peuls pour vérifier si ceux-ci détenaient des armes blanches ou de guerre. A partir du 29 décembre 2018, ils ont donné un ultimatum de 72 heures à tous les Peuls des différents villages, leur intimant l’ordre de quitter leurs domiciles avant le 1er janvier 2019. Il y a lieu de rappeler que le chef de Yirgou, a toujours été une personne ressource, un homme très conciliateur et qui rappelait toujours à l’ordre les Kogleweogos sur leurs bavures et abus.

Les Kogleweogos reprocheraient aussi au chef de Yirgou d’être le protecteur des Peuls, ce dernier ayant, à plusieurs reprises, refusé de cautionner toute exaction contre les Peuls.

Est-ce pour faciliter la tâche à des gens dans l’accomplissement de leur sale besogne, c’est-à-dire le massacre à ciel ouvert des Peuls que le chef a été tué?

La question mérite d’être élucidée par la justice burkinabè en qui nous faisons entièrement confiance. En effet, il faut préciser, qu’après la mort du Chef de Yirgou, les Koglweogos ont commencé les massacres par les Koglweogos peuls qui les ont aidés à pourchasser les assassins du chef. Ces assassins qui ont réussi à se débarrasser du chef afin de mieux accomplir le nettoyage ethnique qui, rappelons-le, n’a concerné que les hommes. Quel crime et quelle stratégie maléfique! Certains criminels en ont profité pour prélever des organes humains, sans doute à des fins de sacrifices humains.

Beaucoup de questions restent alors posées: Pourquoi le chef a-t-il été tué? N’est-ce pas une possibilité d’alliance entre les Kogleweogos et les terroristes pour tuer le chef qui leur faisait de l’ombre afin de nous pousser à  nous entretuer? Pourquoi les peuls Kogleweogos qui ont aidé à pourchasser les criminels ont-t-ils été tués?  N’est-ce pas dans le but d’effacer des preuves? Pourquoi les maisons ont-elles été fouillées à l’avance? N’est-ce pas une planification? Le CISC invite tous les acteurs à se mobiliser et à fouiller très bien afin de mieux comprendre les causes profondes de la mort du chef, l’extermination qui s’en est suivie avec le pillage des biens et du vol de plus de 80 000 animaux (bœufs, moutons, chèvres, etc.)

Les actions du CISC depuis sa création

Le CISC est né au lendemain des massacres innommables de Yirgou. Devant l’indignation générale, plusieurs organisations de la société civile ont décidé de mettre en place le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC). Son objectif principal est de «contribuer à mettre fin aux massacres, soutenir les nombreux blessés et déplacés, lutter contre la stigmatisation des communautés et prévenir des dérives de ce genre, sur l’ensemble du territoire national». Le CISC, tout en menant des actions vigoureuses sur le terrain, poursuit sa structuration pour constituer ses représentations.

Comprenant toutes les composantes de la société burkinabè œuvrant pour le vivre ensemble, la cohésion sociale, la lutte contre l’impunité et exigeant justice pour les victimes de Yirgou, le Collectif a mené plusieurs activités depuis sa création. Dans le cadre de son plaidoyer, le CISC a déjà rencontré des autorités coutumières, religieuses et administratives et des personnes ressources pour présenter la structure et demander la contribution de chacun pour la justice et la promotion de la cohésion sociale. Il s’agit des organisations religieuses, des organisations de défense des droits humains et les organisations syndicales, des organisations politiques, des autorités coutumières, des autorités judiciaires… Tous ont été réceptifs au message du CISC et ont marqué leur soutien à l’initiative. C’est l’occasion pour le CISC d’exprimer tous ses remerciements et sa profonde gratitude à l’ensemble des acteurs qui se sont mobilisés spontanément autour de ces actions multiformes.

Depuis sa création, le CISC a conduit avec succès les actions suivantes:

– Une conférence de presse le mardi 8 janvier 2019 à Ouagadougou, qui fut l’occasion de dire sa part de vérité à l’opinion nationale et internationale sur le drame de Yirgou et exiger une justice diligente pour les victimes, la prise en charge intégrale et gratuite des rescapés, la restitution des biens (bétail principalement) jusqu’alors détenus illégalement par leurs bourreaux.

– L’organisation de marches meetings à Ouagadougou, Dori et Bobo Dioulasso qui ont connu la participation de milliers de Burkinabè sans distinction d’ethnies, ni de religions.

Enfin, le CISC a entrepris des quêtes et des collectes qui ont permis de mobiliser des ressources. Le CISC a pu mobiliser en espèces, 11 717 050 FCFA et des dons en nature de près de 10 000 000 FCFA remis aux déplacés au titre  d’assistance.

Les préoccupations actuelles du CISC

La première préoccupation du CISC c’est l’urgence de la justice. Plus d’un mois après le drame, hormis l’annonce faite par le procureur du Faso, près le TGI (Tribunal de grande instance, NDLR) de Kaya, aucun acte matériel et concret de justice n’est visible sur le terrain.  Le CISC félicite le procureur du tribunal de grande instance de Kaya et son équipe qui travaillent d’arrache-pied en vue d’essayer de faire la lumière sur ces violences. Mais le CISC n’est pas satisfait, à cause de la lenteur dans l’administration de la justice: les suspects sont libres de leur mouvement et pire continuent même de perpétrer des exactions sur la communauté peule, au vu et au su de tous, en toute impunité. Et pendant ce temps, les preuves sont en train de disparaître. Les suspects sérieux criminels accordent des interviews à visage découvert dans les médias sans être inquiétés et rencontrent même le chef de l’Etat avec leurs armes en bandoulière dans leur champ de tirs. C’est grave!

Le CISC félicite de passage les 5 cabinets d’avocats qui ont décidé de renforcer le collectif d’avocats.

C’est donc le lieu pour le CISC d’interpeller l’Etat burkinabè à s’assumer dans toute sa plénitude, interpeller l’Etat sur le risque que cette situation fait courir aux rescapés et aux témoins. L’Etat a l’obligation de protéger les témoins et les victimes. Ils ne doivent pas rester à la merci de leurs bourreaux, comme c’est présentement le cas à Yirgou.

La deuxième préoccupation, c’est la persistance des zones de non droit autour de la commune de Barsalgo. Le lundi 28 janvier 2019, il y a eu l’enlèvement de Diallo Alaye, 40 ans à Koulpagré par les Kogleweogos. Même certains responsables locaux instrumentalisent les bourreaux à s’activer aussi pour rejoindre en premiers, les sites aménagés sur le terrain pour accueillir les déplacés victimes directes des tueries de Yirgou. Les bourreaux espèrent bénéficier de la gratuité de l’assistance humanitaire. Les déplacés ont alors, une grande crainte de se retrouver sur les mêmes sites ou tantes que leurs bourreaux d’hier.

Nous faisons également le constat que les rescapés du drame ne sont pas logés à la même enseigne. Ceux qui se sont réfugiés dans la commune de Barsalgo sont plus chanceux que ceux des autres sites. Il y a lieu de préciser que certains propos officiels tendent à décourager les bonnes volontés à aller vers les  sites de Kelbo, Belè, Arbinda parce que la sécurité n’y serait pas garantie.

Troisième préoccupation, communiquer la vérité des chiffres des victimes. Le gouvernement n’a toujours pas actualisé les chiffres officiels sur le nombre de morts, laissant libre court à toutes les supputations et commentaires. Le CISC a documenté un nombre de morts plus élevé que les chiffres officiels. Le nombre de morts à ce jour est de 210 morts.  Ce chiffre a été obtenu après un recensement rigoureux ménage par ménage.  Nous précisons que la liste va s’allonger avec le recensement toujours en cours sur le terrain. Le CISC attend du gouvernement qu’il réactualise ses chiffres comme il s’y était engagé.

Nous avons peur que cette volonté de cacher des morts puisse être préjudiciable aux victimes, au moment de leurs dédommagements.

Le Collectif est réconforté par l’adhésion massive des Burkinabè et de la communauté internationale. Le CISC entend continuer et renforcer la mobilisation les jours à venir en saisissant les organisations internationales de défense des droits humains.

Considérant la situation précaire à Yirgou et les villages environnants, l’état actuel des réfugiés et la soif de justice, le CISC exige des autorités étatiques:

– la justice pour toutes les victimes. En effet les criminels sont libres, les exactions continuent, les preuves sont en train de disparaître;

– au-delà de la justice, il faut une rencontre tripartite impliquant les membres du gouvernement, de la justice et du collectif CISC afin de travailler et situer les responsabilités sur les conflits et crises qui compromettent le vivre ensemble.

– la prise en charge gratuite et effective des rescapés. Il s’agit de la prise en charge médicale et psychologique de tous les rescapés sur tous les sites et la prise en charge alimentaire;

– la sécurisation des personnes et des biens. Jusqu’à aujourd’hui, des personnes continuent d’être menacées, violentées du seul fait de leur identité ethnique;

– Le désarmement et la dissolution des milices de Barsalgho

– la restitution sans conditions des biens des victimes toujours détenus illégalement par des éléments Kogloweogo;

– la reconstruction des maisons détruites et le retour des déplacés sur les sites d’origine.

Pour terminer, le collectif rappelle que seule une justice impartiale transparente et diligente peut contribuer à apaiser les cœurs et les esprits et promouvoir les vertus du vivre- ensemble. Il attire par la même occasion l’attention des autorités étatiques (face à cette lenteur déconcertante des actions judiciaires) sur les risques d’une dégradation profonde du climat sécuritaire dans cette partie du pays si les mesures diligentes ne sont pas prises pour que justice soit rendue aux victimes.

Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC)

Encadré: la liste, village par village, des victimes

 YIRGOU (Barsalogho) – 12 morts

ALIOU ABBA, 78 ans

DICKO AMADOU SAMBO, 72 ans

DICKO SAIDOU HAMA, 35 ans

DICKO OUMAROU HAMA, 30 ans

DICKO SOULEYMANE, 27 ans

DICKO HAMADI SAMBO, 70 ans

DIALLO HAMADOU, 63 ans

DICKO OUSMANE, 60 ans

HAMADOUM ABDOULAYE, 40 ans

DICKO SOULEYMANE, 24 ans

DICKO DJIBILIROU, 22 ans

DICKO BELKO ADOU, 46 ans

KOULPAGRE (Arbinda) –   23 morts

DICKO NOUHOUN, 75 ans

DICKO HOUSSEINI 72 ans

DICKO DJIBILIROU 70 ans

DICKO ABDOULAYE, 42 ans

DICKO MAMOUDOU, 40 ans

DICKO HAMADOUM, 38 ans

DICKO ALOU, 18 ans

DICKO KASSOJI, 60 ans

DICKO BOUREIMA, 50 ans

DICKO BOUREIMA, 22 ans

CISSE BELKO, 30 ans

DICKO BELKO, 27 ans

DICKO HAMADE, 60 ans

DICKO BOUKARIM, 28 ans

DICKO NOUHOUN

DICKO BIRGUI

DICKO ASSAMA

DICKO ALIOU

DICKO IBRAHIM

DICKO NOUFOU

DICKO DJIBILIROU

DICKO ABDOULAYE

DICKO HAMADOUM

BIGUEL – KASSAYE (Barsalogho) – 19 morts

DICKO ISSA, 76 ans

DICKO MOUSSA, 70 ans

DICKO HAMIDOU HAIDOU, 44 ans

DICKO MAMOUDOU, 39 ans

DICKO KALDOU, 68 ans

CISSE MOUSSA, 50 ans

DICKO SAMBAL KESSEL,52 ans

DICKO KALDOU, 60 ans

DICKO ABDOULAYE, 30 ans

DICKO LARBA, 78 ans

DIALLO ISSA, 63 ans

DICKO IDRISSA, 33 ans

DICKO MOUSSA, 70 ans

DICKO HAROUNA

DICKO OUSMANE

DICKO SADOU ADAMA, 30 ans

DICKO MOUSSA, 78 ans

DICKO KALDOU, 42 ans

DICKO BOUKARI, 30 ans

SAGO (BELEGide) Barsalagho & Guiendbila (Barsalagho) – 18 morts

DIALLO HAMADOUM, 45 ans

DIALLO ABDOURAMANE, 25 ANS

DIALLO ABDOU KARIM, 50 ans

DIALLO HAMADOUM, 36 ans

DIALLO YOUBA, 47 ans

DIALLO SADOU, 70 ans

DIALLO HARATOU 43

DIALLO AMADOU 48  ans

DIALLO HAMADOUM 36 ans

DIALLO MAMOUDOU 35  ans

DIALLO ISSA 50 ans

CISSE MAMOUDOU, 41 ans

DICKO MOUSSA, 18 ans

DICKO HAROUNA, 50 ans

DICKO BOUKARI, 50 ans

DIALLO SADOU, 50 ans

DIALLO MAMOUDOU, 53 ans

DIALLO IDRISSA, 62 ans

Boundoussi (Barsalagho) – 13 morts

DIALLO ABDOULAYE, 60 ans

DIALLO ADAMA, 40 ans

DIALLO ABDOUSALAM, ans 35

DICKO HASSAN, 42 ans

DIANDE JOUTA HOORE, 57 ans

CISSE SADOU, 21 ans

CISSE MAMOUDOU, 41 ans

DICKO HASSAN, 40 ans

DIALLO ABDOULAYE, 60 ans

DIALLO ADAMA, 40 ans

DIALLO ABDOUSALAM 30 ans

DIALLO HAMADOUM, 40 ans

DICKO MAMOUDOU, 41 ans

FOUBE (Barsalogho) – 13 morts

BAH ABDOULAYE, 58 ans

BAH MINKYALOU, 34 ans

DIALLO HAMADOUM, 50 ans

DIALLO AMADOU 26 ans

DIALLO MOUSSA, 15 ans

DIALLO MAMOUDOU, 14 ans

DIALLO AMADOU, 16  ans

DICKO ABDOULAYE, 38  ans

DICKO MICAILOU, 41  ans

DICKO AMADOU, 72 ans

DICKO ABDOULAYE, 30 ans

DICKO AMADOUM SAMBA, 70 ans

CISSE BELKO

MADOU (Barsalogho) – 7 morts

DICKO BOUREIMA, 4 ans

DICKO TIDIANE, 36 ans

DICKO DRAMANE, 25 ans

DICKO HAMADOUM, 40 ans

DIALLO KADRI, 50 ans

DIALLO HASSAN, 50 ans

DIALLO SADOU, 45 ans

DAHKE (Dahkan, Barsalogho) – 17 morts

DICKO HOUSSEINI, 70 ans

DICKO ABDOULAYE, 34 ans

DICKO OUSSEINI, 60 ans

DICKO DOUKA, 30 ans

DICKO SOULE, 40 ans

DICKO HAMA, 30 ans

DIALLO YACOUBA, 18 ans

DICKO ABDOULAYE, 30 ans

BARRY ADAMA, 44 ans

BARRY BOUREIMA, 01 an

DICKO BOUKARI TOFADO, 27 ans

DICKO OUSSEINI, 56 ans

DICKO ISSA, 20 ans

DICKO OUSSEINI, 65 ans

DICKO ABDOULAYE, 24 ans

DICKO BOUKARI, 30 ans

DICKO ISSA, 20 ans

SAGO, (Barsalogho) – 9 morts

DIALLO SADOU, 73 ans

DIALLO HAMADOUM, 38 ans

DIALLO AMADOU, 40 ans

DIALLO MAMOUDOU, 31 ans

DIALLO ISSA, 47 ans

DIALLO IDRISSA, 40 ans

DIALLO MAMOUDOU, 43  ans

DIALLO HAMADOUM, 40 ans

CISSE MAMOUDOU, 41 ans

KOUGRI KOULGA (TANGARAR / Arbinda) – 19 MORTS

DICKO DRAMANE, 56 ans

DICKO MOUMOUNI, 41 ans

DICKO BOUKARI, 25 ans

DICKO ALOU, 27 ans

DICKO HAMADOUM, 43 ans

DICKO OUMAROU, 40  ans

DICKO HAMA 90 ans

DICKO ISSA, 42 ans

DICKO DEMBO, 51 ans

DICKO IDRISSA, 47 ans

CISSE AMADOU, 30 ans

MOUMOUNI ABDOULAYE, 43 ans

SADOU ADAMA, 20 ans

DICKO HAMADOUM HOUSSEINI, 46 ans

DICKO OUMAROU HOUSSEINI, 31 ans

DICKO MINKAYLOU SAIDOU, 60 ans

DICKO MINKAYLOU SAIDOU, 60 ans

DICKO OUSMANE, 50 ans

DICKO HAMADOU, 27 ans

Toekedogo (barsalago) – 20 MORTS

DICKO IDRISSA BOUKARI, 50 ans

DICKO HAMADOUM SEGO, 80 ans

DICKO AMADOU, 60 ans

DIALLO HAMADOU, 32  ans

DICKO MAMOUDOU, 62 ans

DICKO ISSA MOUSSA, 39 ans

DICKO AMADOU, 40 ans

DICKO MICAILOU, 27 ans

DICKO IDRISSA BOUKARI, 50 ans

CISSE SITA AMADOU, 42 ans

CISSE ADAMA, 20 ans

CISSE SITA, 50 ans

CISSE DJIBILIROU, 49  ans

CISSE MAMOUDOU, 54 ans

CISSE GUEDAL, 35 ans

CISSE IDRISSA, 50 ans

DICKO BOUKARI, 70 ans

DIALLO AMADOU, 38 ans

DICKO DJIBILIROU, 40 ans

DICKO AMADOU SAIMO, 71 ans

TAATE (KELBO) – 15 MORTS

DIALLO HAMA SAYDOU 34 ans

DIALLO MAMOUDOU 30 ans

DIALLO MORE DALLAR 35 ans

DIALLO OUSMANE 60 ans

DIALLO HAROUNA 57 ans

DICKO DJBILIROU 49 ans

DIALLO HAMADOUM, 35 ans

DICKO BOUKARI, 60 ans

DICKO AMADOU, 50 ans

CISSE AMADOU, 37 ans

DIALLO AMADOU, 30 ans

DICKO ARBA, 70 ans

DICKO ISSA MOUSSA, 42 ans

DICKO AMADOU, 75 ans

DICKO HAMADOUM, 50

BOUNDOUSSI (ARBINDA) – 5 MORTS

DICKO ISSA, 63 ans

CISSE SADOU, 23 ans

DICKO ISSA, 60 ans

DICKO ISSA, 23 ans

DICKO LABBA, 40 ans

Wiliwissou (Barsalogho) – 11 MORTS

DIALLO HAMA, 36 ans

DICKO BOUKARI, 70 ans

DICKO LARABA, 70 ans

HAMADOUM CISSE, 70 ans

DICKO 4OUSSEINI, 48 ans

DICKO ADAMA, 54 ans

DICKO HAMADOUM ALAYE, 58 ans

DICKO OUSSEINI, 41 ans

DICKO OUSMANE, 49 ans

BARRY HAMADOU, 18 ans

DICKO BOUKARY, 32 ans

MARGOU – 1 MORT

DIALLO ABDOUL KARIM, 56 ans

Palal Sambo – 1 MORT

HASSANE HAMIDOU, 46 ans

Gasseliki – 2 MORTS

BARRY OUSMANE BOUKARI, 29 ans

DICKO ADAMA, 42 ans

Talelgo – 5 MORTS

DICKO HAMADOU SAIDOU, 80 ans

DICKO HASSAN, 70 ans

DICKO ISSA MOUSSA, 39 ans

DICKO HAROUNA IDRISSA, 58 ans

DICKO DOUKA

Yirgou, un mois après, la justice se fait attendre

Massacre de Yirgou

210 hommes tués, 30 jours déjà, 00 arrestation

La Justice doit être la même pour tous

 Source: le CISC

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.