Zimbabwe :Un mort après l’attentat samedi

Share Button

Une personne blessée par l’attentat auquel a échappé le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa samedi dernier a succombé, a rapporté lundi une station de radio publique.

“Le ministre de la Santé et de l’Enfance, le Dr David Parirenyatwa, a confirmé la mort d’une des victimes de l’explosion au White City Stadium” de Bulawayo, où le président tenait un meeting de campagne pour les élections générales prévues fin juillet, selon Star FM News.

En rappel Un engin non identifié a explosé juste après le discours prononcé par le chef de l’Etat et candidat à la présidentielle – sorti indemne – dans un stade de cette grande ville du sud, fief de l’opposition. Au moins 49 personnes avaient été blessées, dont des responsables politiques, selon la police.

Emmerson Mnangagwa a été évacué sain et sauf, maisun nouveau bilan donné dimanche par la police faisait état d’au moins 49 personnes blessées, dont certaines grièvement. Parmi elles figurent les deux vice-présidents du pays, Constantino Chiwenga et Kembo Mohadi, ainsi que plusieurs hauts dirigeants du parti au pouvoir, la Zanu-PF, pour la plupart superficiellement atteints.

L’attaque n’a pas encore été revendiquée, mais le président a dénoncé un “acte lâche” qui le visait personnellement. “C’est l’œuvre de mes ennemis mortels, il y a déjà eu de nombreuses tentatives”, a-t-il déclaré samedi soir à la télévision nationale, sans autre détail. “J’ai l’habitude. On est entré par effraction dans mon bureau à six reprises. On a tant de fois mis du cyanure dans mon bureau… Mais je continue”.

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.