Burkina: plus de 600 000 déplacés dont certains en Côte d’Ivoire et au Ghana

La situation sécuritaire dans notre pays est de plus en plus préoccupante et inquiétante. Les attaques se poursuivent dans les différentes localités, poussant ainsi les populations victimes à émigrer.

Plus de 600.000 déplacés internes dans des situations humanitaires précaires. Aussi, constate-t-on, ces derniers mois, des déplacés vers les pays voisins du Sud, notamment la Côte d’Ivoire et le Ghana.

Heureusement, les dernières nouvelles du front sont tout de même rassurantes pour les Burkinabè. En effet, environ une trentaine de terroristes ont été mis hors combat par nos FDS au cours de deux opérations dans les régions du centre-nord et du nord, en fin de semaine dernière, selon un communiqué de l’Etat-major général des Armées.

Politique: “Pour gagner la guerre, nous devons lever le tabou sur la corruption dans le secteur de la défense.” Opposition

Ces opérations, faut-il le rappeler, étaient une vigoureuse riposte à des attaques contre les forces armées nationales. Aussi nous revient-il que beaucoup d’armes et de munitions ont été saisies, et de nombreuses femmes kidnappées ont été libérées.

On déplore malheureusement la mort d’un brave soldat burkinabè, tombé les armes en main au cours des opérations. A la famille de ce soldat, nous présentons nos sincères condoléances. Que l’âme de l’illustre disparu repose en paix !

L’Opposition politique loue et apprécie à leurs juste valeur ces actes héroïques de nos forces de défense et de sécurité. Elle les encourage à aller de l’avant, et à mener l’offensive nécessaire pour ramener la paix et la quiétude partout au Burkina.

Ces exploits sont la preuve vivante que nos militaires et paramilitaires n’ont rien perdu de leur force de frappe légendaire. Il manque seulement un leadership politique, de la gouvernance vertueuse, et du matériel de combat adéquat.

Extrait de la déclaration liminaire du point de presse du CFOP

Ajouter un commentaire