Clinique juridique

Kaya: une clinique juridique pour les Personnes Déplacées Internes.

Le Centre pour la Qualité du Droit et la Justice (CQDJ) en partenariat avec le HCR a organisé ce mardi 26 octobre 2021 à Kaya une conférence publique afin d’Informer et sensibiliser les populations déplacées internes et réfugiés sur leurs droits et devoirs.

La conférence a consisté en des communications publiques et d’échanges avec les PDI et réfugiés et populations hôtes autour des problématiques juridiques rencontrées par ces personnes et les différentes voies de recours existantes pour y répondre afin de faciliter leur accès à la justice. ( clinique juridique)

Awa Ouedraogo
Awa Ouedraogo ,  coordinatrice du projet

Selon la coordinatrice du projet Awa Ouedraogo ” Il s’agira également de les sensibiliser sur leurs droits et devoirs, du statut juridique des réfugiés, des principes de protection, des droits et devoirs relatifs à leur statut“.

Wakatt Communication

Présentes en grand nombre à la place de la nation de Kaya, les PDI et population hôte ont suivi avec grand intérêt cette conférence. Plusieurs préoccupations ont été soulevées et le CQDJ par l’entremise de ses assistants judiciaires a prêté oreilles attentives aux différentes sollicitations.

Malgré les violations graves des droits fondamentaux auxquelles les PDI et réfugiés font face, ces derniers rencontrent des difficultés à avoir accès à la justice afin de faire entendre leurs causes et d’obtenir réparation”. à confié la coordinatrice du projet « Accès à la justice des personnes relevant de la compétence du HCR au Burkina Faso »

Ces difficultés d’accès sont dues non seulement à des questions pratiques, telles que les distances, mais aussi en raison de la méconnaissance des mécanismes de saisine, des moyens limités mais également du fait de la vulnérabilité accrue de ces populations en raison du déplacement.

Les activités de ce projet, en l’occurrence les conférences juridiques seront mises en œuvre dans les régions du Centre, des Hauts-Bassins, du Nord, du Centre-Nord et du Sahel.

A l’image de la clinique juridique installée à Kaya, il est également mise en place une clinique juridique dans les villes de Ouagadougou, Dori et Bobo Dioulasso en vue de fournir l’aide légale aux personnes relevant de la compétence du HCR.

Le Burkina Faso connait plus d’un million de personnes qui vivent en dehors de leurs localités d’origine. A côté de ces déplacés internes massifs, les crises politiques vécus par les pays voisins notamment le Mali, a entrainé
l’installation de 50% des réfugiés dans le camp consolidé de Goudoubo et environ 39% dans des zones hors du camp où ils peuvent maintenir un mode de vie nomade et pastoral.

En outre, environ 3 900 réfugiés maliens qui ont fui l’insécurité dans le centre du Mali résident dans la région du Nord ainsi que dans la Boucle du Mouhoun, où ils n’ont pas encore été enregistrés par le HCR en raison de l’insécurité.

Seuls 8 % des réfugiés maliens se sont installés spontanément dans les zones urbaines de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.

Le projet « Accès à la justice des personnes relevant de la compétence du HCR au Burkina Faso » mis en œuvre par le CQDJ depuis septembre 2021 bénéficie de l’appui technique et financier du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés
(UNHCR).

Clinique juridique

Ajouter un commentaire