Mali: l’armée épinglée dans un rapport pour des crimes contre l’humanité

Dans un rapport remis aux membres du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a fuité dans la presse, la « Commission d’enquête internationale pour le Mali », composée d’experts internationaux indépendants, accuse les groupes armées terroristes et la milice Dan Na Amssagou de crimes contre l’humanité.

Toutes les parties prenantes au conflit dont les groupes armées signataires des accords de paix mais aussi et surtout l’armée malienne sont accusées de crimes de guerre sur la période étudiée de janvier 2012 à janvier 2018.

Le concept de « guerre propre » n’existe pas, et cela est particulièrement vrai au Mali.

Couvrant une période de 6 ans, de 2012 à 2018, un rapport réalisé par des experts indépendants fait état de nombreuses exactions.

Tout commence au moment où des groupes armés indépendantistes combattent l’armée régulière.

L’un des faits marquants se déroule le 24 janvier 2012, ce jour, à Aguelhok dans l’extrême nord du pays, une coalition de groupes indépendantistes et terroristes massacre une centaine de soldats.

Au fil du rapport, toujours pas rendu public, d’autres violations des droits de l’homme sont largement documentés sur la base des standards de preuves internationales: massacres, meurtres, actes de tortures et viols. Des abus qui constituent des crimes de guerre, selon la commission d’enquête, et qui ont été commis par toutes les parties du conflit dont l’armée.

Dans les faits, l’armée malienne se serait rendue coupable d’assassinats et d’actes de torture en parallèle de certaines opérations notamment à Diabali ou 16 civils ont été assassinés en septembre 2012.

Sans être exhaustif mais documentant des cas graves et représentatifs, ce rapport se veut être un outil pour d’éventuels procès nationaux ou internationaux.

RFI


LA RÉDACTION VOUS RECOMMANDE

Ajouter un commentaire