Burkina: Ainsi donc le pouvoir est allé voir Blaise Compaoré

Share Button

Salif Diallo, accompagné de Simon Compaoré et de Alpha Barry respectivement président de l’assemblée nationale, ministre en charge de la sécurité et ministre en charge des affaires étrangères était le 31 mai dernier en cote d4ivoire officiellement pour  relancer rapidement le traité d’amitié signé depuis 2008 et remercier le chef de l’État ivoirien pour sa contribution au retour de la paix dans la sous-région.




Debarqué d’un vol au cours de cette semaine d’un vol en partance pour la cote d’ivoire le président par intérim du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Achille Tapsoba a laissé entendre qu’en réalité que le gouvernement est allé rencontrer Blaise Compaoré dans un entretien qu’il a accordé à nos confrère du journal le pays.

« On peut aller voir n’importe qui. Eux (le pouvoir en place, ndlr), ils sont allés voir Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire. Est-ce qu’on leur a dit quelque chose ? Donc, ce n’est pas la première fois que je quitte le Burkina pour Abidjan, pour aller voir Blaise Compaoré ou d’autres connaissances » a-t-il confié.

Sur les motifs de cet incident Achille Tapsoba refuse de s’inventer une raison.  « Je me refuse de m’imaginer une raison. Celui qui m’a interdit de voyager doit avoir l’honnêteté et le courage, et surtout avoir la sincérité de me dire de quoi il s’agit. Alors s’il n’a ni honnêteté, ni courage, ni sincérité, je ne peux pas imaginer les raisons. Je sais de toute façon que je n’ai rien à me reprocher. C’est tout ce que je sais. J’estime donc que c’est une simple privation de liberté, et de façon arbitraire ».

Du côté du Ministre en charge de la sécurité intérieur c’est un problème de sécurité qui a conduit à cela : Nous sommes très branchés sur la sécurité des citoyens de notre pays. Toutes les informations que nous avons, vous ne les avez.  Il n’y a pas d’état d’âme dans la sécuritéIls n’ont pas pu voyager, Mais, est-ce que vous avez vu on les a arrêtés dans les commissariats ? », s’interroge Simon Compaoré.

En rappel en partance pour la Côte d’Ivoire, le président par intérim du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Achille Tapsoba et le trésorier dudit parti, Zambendé Théodore Sawadogo ont été débarqués par la police nationale. C’était le 4 juin dernier, à l’aéroport international de Ouagadougou.

REDACTION

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.