Justice : Liberté provisoire pour l’ex présidente du Conseil supérieur de la communication

Share Button

L’ancienne présidente du Conseil  supérieur de la communication  (CSC), Nathalie Somé, placée en détention depuis septembre 2017 a bénéficié lundi d’une liberté provisoire, a-t-on appris de sources judiciaires.

Elle aurait bénéficié de cette remise en liberté pour des raisons médicales, précise-t-on.

Placé sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco), Mme Somé est accusée de “détournement de deniers publics, faux et usage de faux, corruption, surfacturation, blanchiment de capitaux et népotisme”.

Elle avait, par le soin de ses avocats fait plusieurs demandes de liberté  provisoire demeurer jusque-là infructueuses.

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.