Coup d'état du 16 septembre

L’union pour la Presse Indépendante du Faso demande la libération du du directeur de publication du journal « Le Dossier », Adama Ouédraogo dit Damiss.

Share Button

L’Union de la presse indépendante du Faso (UNPIF) a été informée de l’arrestation suivi du placement en garde-à-vue le samedi 31 mars 2018 à la brigade de gendarmerie de Ouaga 2000 du directeur de publication du journal « Le Dossier », Adama Ouédraogo dit Damiss. Elle a donc dépêché une délégation conduite par son président auprès de ladite brigade dans la matinée du dimanche 1er avril 2018. 

La démarche visait à :
– S’informer auprès de la gendarmerie sur les raisons réelles de l’arrestation de notre confrère au regard des supputations sur les réseaux sociaux ;
– S’enquérir des conditions de garde-à-vue et de l’état de santé du journaliste au regard du suivi médical dont il fait l’objet ;
Malgré l’accueil cordial des gendarmes en poste la délégation n’a cependant pas réussi à obtenir les informations sur les mobiles de l’arrestation du journaliste faute d’avoir un interlocuteur au niveau supérieur en dépit de toutes les explications.
Quelques diligences ont permis d’échanger brièvement avec le prévenu sur sa santé. Ce qui a permis de constater qu’il n’avait pas dormi de toute la nuit de samedi à dimanche en raison des crises respiratoires répétitives principalement dues au manque du médicament adapté pour son traitement et à l’environnement incompatible à son état asthmatique.
En tout état de cause, sur la base des informations dont a pu disposer l’UNPIF, l’arrestation du journaliste Adama Ouédraogo a pour raison essentielle le retard qu’il a accusé à l’audience du procès du putsch manqué tenue le samedi 31 mars 2018 où notre confrère comparait comme co-accusé. Il était à la recherche de ses produits d’asthme qui malheureusement connaissent une rupture dans notre pays. Une raison essentielle qui n’exclut pas d’autres en lien avec le travail de journaliste d’investigation du confrère.
Par ailleurs, les arrestations ont été ordonnées par le parquet miliaire à l’encontre de deux autres co-accusés absents à l’audience de ce jour. Concernant le journaliste Adama Ouédraogo, il fut arrêté sur – le -champs sans respect de la procédure.

Vu ces faits, l’UNPIF voudrait :

=> Appeler les autorités judiciaires à libérer notre confrère et de l’épargner des circonstances pouvant dégrader davantage son état de santé et être préjudiciables à sa vie au regard de son dossier sanitaire afin qu’il puisse répondre dans les meilleures conditions physiques des charges qui pèsent sur lui à ce procès; cela en respect des règles internationales relatives aux droits humanitaires et à la dignité des détenus conformément aux engagements de l’État burkinabè ;

=> Savoir si notre confrère pourra avoir droit à un procès équitable dans le cadre de son jugement en cours sachant que son arrestation a été ordonnée par le parquet militaire qui est une des parties au procès ;

=> Demande que la liberté de la presse indépendante et la sécurité des journalistes de manière générale dans l’exercice du métier soit garanties face aux tentatives d’atteintes, de répression et de musèlement des médias qui se font sous diverses formes .

Fait à Ouagadougou, le 2 avril 2018
Le président
Souleymane Traoré

Ajouter un commentaire
OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.